Que faire en cas de licenciement ?

licenciement

Chaque salarié peut, un jour, faire l’objet d’une procédure de licenciement. Dans une telle situation, il est fréquent de se sentir abandonné. Quels sont les bons réflexes à avoir ? Comment contester efficacement cette procédure ? Comment préparer l’après ? Vous trouverez la réponse à ces interrogations en prenant connaissance des informations contenues dans le texte ci-dessous.

Avoir les bons réflexes

Une lettre recommandée vient d’arriver chez vous. Vous l’ouvrez et vous apprenez la terrible nouvelle : vous allez être licencié. Comme le prévoit le droit du travail, celle-ci est plus exactement une convocation à un entretien préalable en vue de votre licenciement. Cette entrevue intervient quelques jours après la réception de la lettre recommandée. Autant vous dire que le temps de préparation est relativement court !

Ne commettez surtout pas l’erreur de vous y rendre seul. La législation autorise l’accompagnement du salarié concerné par un tiers. Il peut s’agir d’un représentant du personnel, d’un délégué syndical ou de tout autre salarié de l’entreprise. Vous avez également le droit de convoquer un acteur extérieur à la société. Ce tiers rédigera ensuite un compte rendu de l’entretien qui pourra vous être utile plus tard dans la procédure. Dans le même temps, prenez contact avec un avocat spécialisé dans le droit du travail. Étudiez vos contrats d’assurance car certains d’entre eux proposent une assistance juridique.

Préparer votre dossier de défense

L’avocat va évaluer vos possibilités de recours si vous envisagez la possibilité de contester votre licenciement. Il saura vous dire si vos chances de l’emporter devant le Conseil de prudhomme sont réelles et si vous êtes en situation de demander des indemnités de licenciement. La lettre recommandée et l’entretien préalable doivent également être le signal pour vous du démarrage de la collecte de documents et de preuves afin de vous défendre.

Même si cette opération s’avère bien plus délicate, vous devrez aussi collecter des témoignages de la part de vos collègues. Certains d’entre eux, probablement les plus courageux, signeront alors une attestation et vous pourrez utiliser ces informations pour la défense de votre dossier. Enfin, effectuez les démarches nécessaires pour saisir le Conseil de prudhomme. Attention à bien adresser votre demande au tribunal réellement compétent pour le traitement de votre affaire !

Restez ouvert à la négociation

La défense de vos droits ne doit pas accaparer toutes vos pensées. Elle ne doit pas vous empêcher d’étudier par exemple les possibilités de négociation potentielles. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une indemnité de licenciement. En plus des montants définis par la loi, il est possible de trouver un accord avec votre employeur pour ajouter une transaction supplémentaire. Mais quel serait l’intérêt pour l’employeur de répondre positivement à une telle sollicitation ?

Certains dirigeants préfèrent payer immédiatement une somme modeste plutôt de jouer le paiement de lourdes indemnités devant le tribunal. Comme on dit souvent, un bon accord est toujours préférable à un mauvais jugement ! Car si l’employé licencié accepte la somme proposée, il s’engage en contre-partie à renoncer à toute démarche devant la justice. Pour les plus petites entreprises, cet accord à l’amiable permet de ne pas faire peser trop longuement un risque financier important au-dessus de leur tête.

Certaines affaires se sont par exemple réglées la veille de la date prévue pour l’audience devant le tribunal ! Gardez bien toutes les options ouvertes et le plus longtemps possible.

Envisager l’avenir !

Contester une procédure de licenciement devant le Conseil de Prudhomme s’apparente à une véritable course de fond. Par conséquent, il faut vous préparer à tenir la distance ! Prenez donc soin de vous. Faites attention à votre sommeil et à votre alimentation. Il est également conseillé de pratiquer régulièrement une activité sportive et physique. Elle vous permettra de faire diminuer les niveaux de stress et d’angoisse. Apprenez également à relativiser. Oui cette affaire est importante mais elle ne constitue pas l’essentiel de votre vie !

Il faut également réussir à convertir le licenciement en une véritable opportunité pour votre carrière professionnelle. Il arrive parfois que l’on ait besoin d’un événement (aussi brutal soit-il) pour se réinventer. Pourquoi ne pas profiter de cette période pour vous réorienter ? Vous disposez en effet d’un compte d’heure destiné à financer des sessions de formation professionnelle. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à prendre contact avec les représentants des salariés de votre entreprise.

À moins qu’une faute lourde vous soit imputée par les prud’hommes, vous disposerez de la protection du système français. Vous avez ainsi l’assurance de bénéficier durant au moins douze mois d’une grande partie de votre ancien salaire. Cette assurance vous laisse le temps suffisant pour vous reconstruire. Vous serez alors plus efficace dans votre recherche d’emploi. N’hésitez pas non plus à faire appel aux services de l’État comme Pole emploi par exemple ou à différents acteurs privés pour vous assister dans toutes vos démarches. N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul !

Protéger ses droits et ses intérêts au travail
Bénéficier d’une plateforme collaborative dédiée au CSE